LES AUTOGIRES

STRUCTURE CELLULE


Différentes cellules

Les cellules peuvent être constituées de tubes soudés, de tôles, de matériaux composites ou simplement de tubes boulonnés. Une combinaison de méthodes de construction peut également être employée. Les cellules qui présentent le meilleur rapport résistance/poids sont celles en fibre de carbone ou en tubes soudés, qui sont utilisées depuis de nombreuses années.

Cellule en tubes soudés

Ce type d'autogire fut créé par Igor Bensen en 1955. Non caréné le pilote était obligé de porter lunettes et casque.
Sur le dessin ci-dessous, on constate qu'une poignée commandait directement la tête de rotor, pour monter, descendre et virer. Le manche sera utilisé sur les modèles suivants.

Autogire Bensen Dessin

Igor Bensen aux commandes de son autogire.

Autogire Bensen au Sol

Avec les années, les autogires type Bensen se sont modernisés avec l'expérience des constructeurs.
Ci-dessous l'autogire Guépard II conçu vers l'année 2010.

Autogire Guepard au Sol

Même autogire en vol.

Autogire Guepard en vol

Cellule en acier et panneaux composites

Pour étudier un autogire avec cellule en acier et composite, le Magni M-16 sera pris comme modèle.
Le M-16 est un autogire en Tandem. Équipé d’un moteur Rotax 4 temps 4 cylindres à pistons opposés avec une hélice tripale, d’une structure en acier aéronautique « chrome molybdène 4130 ». Le fuselage est en carbone avec compartiments latéraux, et l'empennage en fibre de verre. Le train d'atterrissage avec carénages de roue en fibre de verre est sous forme de tricycle, avec une fourche à l’avant assurant la direction.

Autogire Biplace Magni

Empennage
Fabriqué en fibre de verre renforcée, il est composé d’un plan horizontal fixe, et de trois surfaces verticales dont la centrale comporte la gouverne de direction.

Autogire Biplace Empennage

Coffres à bagages
Il est muni d’un compartiment à bagages de 150 litres environ. Intégrés au fuselage, les deux coffres principaux prennent place à l’intérieur des bossages latéraux, accessibles par deux trappes extérieures munies de doubles fermetures.

Autogire soute bagages

Mat et commande du rotor
Le rotor est en matière composite. Les matériaux composites ont d’excellentes caractéristiques de stabilité à long terme, n’assurant ainsi aucune dégradation de performance dans le temps.

Autogire Commande Rotor

Train d'atterrissage
Le train d'atterrissage principal dispose d’un système d’amortissement par flexion des bras reliés au châssis de l’autogire. La lame de train et les carénages de roues sont réalisés en matériaux composites. Il est équipé également d’un freinage par tambour « conique » commandé hydrauliquement.
Vue arrière d'un autogire quadripale

Autogire Vue arriere

La roue avant assure la direction lors des manœuvres de roulage au sol et ne dispose pas de suspension.

Autogire Roue Avant

Une petite roulette à l'arrière situé sous la dérive assure la sécurité lors d'un atterrissage trop cabré.

Autogire Roue Queue

Les freins
Le freinage est assuré par deux tambours coniques situés sur les roues du train principal. Les manettes de commande actionnent à l’aide de câbles sous gaines le maître-cylindre hydraulique. Le liquide de frein est envoyé sous pression par des durites aux tambours.

Autogire Biplace Freinage

Le maître-cylindre de frein

Autogire MaitreCylindre

Les autogires offrent actuellement de plus en plus de confort aux pilotes. Ci-dessous un biplace-tandem entièrement caréné.

Autogire Tandem Carene

Image Suite