INSTRUMENTS MOTEURS

MESURE DE DE POUSSÉE



Contrôle de poussée

Il n'y a aucun moyen de mesurer la poussée d'un réacteur en vol.
La solution qui a été retenue est la mesure d'un paramètre représentatif de la poussée. La connaissance de ce paramètre, de l'altitude pression et de la température extérieure permet le calcul de la poussée.
La poussée d'un réacteur peut être reliée à la vitesse de rotation de l’ensemble basse pression. Ce paramètre est dénommé N1, il est exprimé en pourcentage du régime de référence de rotation du moteur. Voir Mesure de rotation
Mais la poussée d’un turboréacteur peut être aussi mesurée à partir du rapport entre la pression totale de l’air à la sortie du réacteur Pt7 et la pression totale à l’entrée Pt2 . Ces deux pressions sont mesurées à l’aide de sondes placées respectivement à l’entrée et à la sortie du moteur, puis transmises à un capteur différentiel. Celui-ci délivre l'information à un indicateur EPR (Engine Pressure Ratio) placé sur le tableau de bord.
À noter qu'en fonctionnement normal, il y a une correspondance directe entre les variations d' EPR et de N1 lorsque la poussée commandée varie.
Schéma de principe avec instrument analogique.

Detection EPR

Le capteur de pression Pt2 , situé à l’entrée du moteur, est soumis aux conditions de l’air extérieur. Il peut donc être obstrué par du givre sous certaines conditions météorologiques. Dans ce cas, la valeur mesurée de pression Pt2 sera inférieure à la valeur réelle et la valeur mesurée de l'EPR sera supérieure à la valeur réelle correspondant à la poussée du moteur. Pour éviter ce givrage, un système appelé Engine Anti-Ice commandé par l’équipage, prélève de l’air chaud dans le moteur pour réchauffer le capteur et l’entrée d’air du moteur.

Ci-dessous affichage numérique de l'EPR , à gauche sur Fokker 100 et à droite sur Airbus 320.
Voir Détail de l'indication de poussée EPR

Instru EPR N1 A320

Image Suite