AIRES DE PROTECTION DES PROCÉDURES



Introduction

Ce chapitre a pour base l'arrêté du 16 mars 2012 relatif à la conception et à l’établissement des procédures aux instruments.
Procédures aux instruments - Recueil des critères de conception.
Le règlement technique est fixé par arrêté du ministère chargé de l’aviation civile et sont conformes pour l'essentiel, aux recommandations de l'OACI.
Attention : Ce chapitre n'est pas un document officiel. Compte tenu du caractère évolutif des éléments de ce chapitre, le pilote devra s'assurer, avant d'effectuer son vol ou passer un examen que ces informations ne sont pas modifiées.

Procédure aux instruments

Une procédure aux instruments est une série de manœuvres prédéterminées effectuées par des aéronefs en utilisant uniquement les références instrumentales.
Elle est constituée de segments de guidage radar ou de segments délimités par des repères définis par :
- une ou plusieurs aides radio à la navigation (procédures conventionnelles, procédures RNAV DME) ; ou
- des moyens satellitaires (procédures RNAV GNSS) ; ou
- une combinaison de ces deux types de moyens (procédures RNAV).
A chaque segment de procédure est associée une aire de protection dont les dimensions garantissent que l’aéronef demeure à l’intérieur de cette aire lorsque le vol se déroule en conditions normales tout moteur en fonctionnement.
Une marge de franchissement d'obstacles MFO, propre à chaque type de segment, est appliquée sur les obstacles répertoriés situés à l’intérieur de l’aire de protection. Elle permet de déterminer soit une altitude/hauteur soit une pente de montée dont le respect garantit au pilote, en l'absence de références visuelles, une utilisation sûre de la trajectoire.

Aires de protection

A chaque segment de procédure correspond une aire qui lui est associée. Normalement l’aire est symétriquement répartie de part et d’autre de la trajectoire à suivre. En principe, cette aire est subdivisée en une aire primaire et des aires secondaires. Toutefois, dans certains cas, seules des aires primaires sont permises.

Aire procedure approche

Marge de franchissement d'obstacles

Le franchissement des obstacles est la considération primordiale de sécurité lors de l’élaboration des procédures d’approche aux instruments.
La marge intégrale de franchissement d’obstacles MFO est prévue sur la totalité de l’aire, sauf si des aires secondaires sont identifiées. La marge intégrale de franchissement d’obstacles est alors prévue dans l’aire primaire, et dans l’aire secondaire la marge est réduite linéairement depuis la valeur intégrale au bord intérieur jusqu’à zéro au bord extérieur. (Voir dessin ci-dessous)
L’altitude/hauteur minimale de franchissement d’obstacles d’un segment est majorée, si nécessaire, de manière à être égale ou supérieure à celle du segment suivant, dans le sens de l’approche.
L’altitude/hauteur minimale de franchissement d’obstacles d’un segment est majorée, si nécessaire, de manière à être égale ou supérieure à celle du segment suivant, dans le sens de l’approche.
Lorsque des procédures sont conçues pour être utilisées en régions montagneuses, la MFO est majorée d’une valeur pouvant atteindre 100 %.


Aire marge obstacle

Les aires de protection sont établies en prenant en compte l'effet non corrigé d'un vent omnidirectionnel.
Vitesse du vent
Des statistiques météorologiques recueillies pour divers terrains de la France métropolitaine ont montré que l'on pouvait adopter pour la protection des procédures un vent maximal :
- de 0 à 14 000 ft : w = 1,5 h + 36
- de 15 000 à 31 000 ft : w = 2,5 h + 22 (avec w en kt et h en milliers de pieds)
- au-dessus de 31 000 ft : w = 100
Des valeurs différentes peuvent être adoptées si des statistiques météorologiques particulières le permettent. Lorsqu'aucune statistique n'est disponible ou lorsque l'échantillon des relevés météorologiques n'est pas jugé suffisant, un vent maximal de : w = 2 h + 47 est pris en compte.
Remarque : Pour certaines phases de la procédure (ex : approche interrompue), une valeur forfaitaire est fixée pour la prise en compte du vent maximal dans la construction de l'aire de protection.
Température
Les aires de protection sont normalement établies en considérant une température supérieure de 15° à la température standard au niveau considéré. Toutefois, dans certains cas particuliers, l'existence de statistiques de température peut être utilisée pour la prise en considération d'une température maximale différente de celle qui résulterait de l'application de la règle énoncée plus haut.

Image Suite